LA BATAILLE DE CRÉCY

 

Le 26 août 1346, eut lieu l’une des plus célèbres batailles de la guerre dite de « Cent ans ».  Pendant plus d’un siècle (1337-1453), ce conflit oppose les rois de France aux rois d’Angleterre. À Crécy, deux souverains s’affrontent : Philippe VI de Valois est face à son cousin Édouard III d’Angleterre. Ce dernier revendique la couronne de France. 

 

Le 12  juillet 1346,  Édouard III  débarque à Saint-Vaast-la-Hougue sur le sol du Cotentin. Les troupes anglaises ravagent la Normandie et saccagent la ville de Caen. C’est une véritable campagne de pillage en direction de Paris. À Saint-Denis, Philippe VI rassemble toutes les forces dont il dispose et se lance à la poursuite de l’Anglais. L’armée du roi d’Angleterre traverse la Seine à Poissy afin de remonter vers le nord. Édouard III franchit la Somme en  forçant une partie de l’armée de Philippe VI au Gué de Blanquetaque, avant de se positionner sur les hauteurs de Crécy. Il est ici sur « le légitime héritage » de sa mère Isabelle de France. Confisqué par Philippe VI en 1337, le comté de Ponthieu était précédemment sous administration anglaise

 

La veille de la bataille, les Anglais préparent le terrain. Le matin du samedi 26 août, Philippe VI quitte Abbeville. Ses effectifs, qui sont nettement plus importants que ceux du roi d’Angleterre, arrivent moins bien organisés. En fin d’après-midi, le premier assaut est mené par les arbalétriers génois. Ils sont rapidement décimés par les archers anglo-gallois. Fatigués par une longue marche et démunis de leurs pavois, les arbalétriers refluent. Pressés d’en finir et craignant peut-être une trahison de la « piétaille », les chevaliers du roi de France traversent et massacrent les groupes d’hommes en retraite. Jusque tard dans  la nuit, la chevalerie française tente une quinzaine de charges sans succès. La fleur de la noblesse dont Jean de Luxembourg, roi de Bohême, y laisse la vie. Édouard III sort vainqueur sans avoir eu à porter son bassinet. Après la bataille, l’armée anglaise poursuit sa chevauchée vers le nord et assiège Calais pendant près d’un an…

 

Crécy devient terre d’histoire...